Présentation. Accueil. Expositions. Collection. Revue de presse. Liens favoris.
La galerie Le Garage n’a pas encore un an mais présente déjà sa troisième exposition. Jusqu’à la fin du mois d’octobre, on peut y découvrir les oeuvres de l’une des personnalités marquantes de la figuration narrative.
Peintre péruvien, né en 1933, Herman Braun-Vega vit et travaille à Paris depuis plus de trente ans. “Je considère l’art comme un moyen privilégié de communication, affirmait-il il y a longtemps déjà. Telle est sa fonction dans la société. Lorsqu’il arrive à s’incorporer dans la vie quotidienne, il est fonctionnel. Je crois à l’art fonctionnel.” Braun-Vega s’est imposé un défi : pour lui, il ne s’agit pas seulement de bien peindre, encore faut-il ne pas peindre pour ne rien dire.
Au prime abord, ses toiles content des scènes quotidiennes et familiales, des situations affectives qui font écho chez chacun de nous. Puis la mémoire du spectateur se trouve prise à partie et l’on se surprend à reconnaître des thèmes d’oeuvres d’illustres peintres : Picasso, Goya, Velasquez, Ingres... Enfin, des bouts de couvertures de livres ou d’articles de journaux sont subtilement insérés, qui renvoient vers des questions d’actualités ou des évènements sociopolitiques, et qui parlent du monde d’aujourd’hui.
Intitulée Mémoires, cette exposition provoque surprise et réflexion. Elle est l’occasion de découvrir une oeuvre teintée d’impertinence affectueuse, d’autodérision parfois, mais surtout d’un style et d’un langage.