Présentation. Accueil. Expositions. Collection. Revue de presse. Liens favoris.
Née en 1965 à Alger, depuis sa plus tendre enfance, Valérie dessine et peint. De brillantes études à l’école d’Arts appliqués Duperré, une bourse d’études à la Parson’s School de New York lui ont appris à maîtriser création pure et techniques de pointe. De sa petite enfance en Algérie, elle a gardé le goût des couleurs chaudes et des enluminures orientales. Sa palette de couleurs s’inspire aussi du Maroc, de l’Egypte, de la Chine. Car, partout où elle voyage, Valérie croque sur d’innombrables carnets tout ce qui frappe son imagination. « J’ai deux sources principales d’inspiration : mes voyages et les fleurs de mon jardin. Je pense que le lien entre ces deux sources, c’est ma fascination pour la couleur. » Valérie Roy n’a cessé d’approfondir son œuvre personnelle selon une technique parfaitement maîtrisée : elle peint ses motifs sur papier Kraft, à l’acrylique, et les retravaille aux pastels.

Travaille notamment pour : Designers Guild à Londres, les Faïenceries de Gien, Habitat, Paola Navone chez Cappellini à Milan, le Bon Marché, Tomorrowland au Japon, Marie-Claire Maison, Guy Degrenne, les Carluccios à Londres, D.M.C., Hermès…
_wp_generated/wp10ee78fb.jpg _wp_generated/wp40afab5a.jpg _wp_generated/wp17d26858.jpg _wp_generated/wp0b605e55.jpg
Né à blois en 1962, Fabrice Moireau est diplômé de l’Ecole nationale supérieure des Arts appliqués et des Métiers d’Art. Aquarelliste, scénographe, archéologue à ses heures et auteur de livres illustrés, Fabrice touche à tout, même s’il prétend ne pas savoir faire autre chose que dessiner. De ses nombreux voyages, il rapporte des carnets de croquis qui sont de vrais témoignages culturels et ethnographiques. Passionné par le patrimoine architectural, les jardins et les plantes, sa quête permanente est de traduire, par l’aquarelle, la subtilité des jeux de lumière et de transmettre l’atmosphère d’une rue, d’un paysage, d’un cours d’eau… « Dessiner, c’est prendre le temps de ressentir un lieu pour lier un contact avec les gens, c’est aussi regarder en détail un bâtiment ou un plat de sushis pour mieux les mémoriser. Il n’y a pas de recherche plastique dans mes carnets. » Cette modestie qui le caractérise, Fabrice l’exprime à travers la délicatesse de ses dessins.
_wp_generated/wp5d0078b5.jpg _wp_generated/wpe8eb61f7.jpg _wp_generated/wpfee2a8bb.jpg _wp_generated/wp581a2f60.jpg _wp_generated/wpe274610a.jpg _wp_generated/wp70f4dceb.jpg
Valérie Roy/Fabrice Moireau
2004|  27 nov / 20 déc
Couleurs de fleurs/Couleurs de Venise