Présentation. Accueil. Expositions. Collection. Revue de presse. Liens favoris.

2013| 1er / 23 juin

Double-jeu

Objectal réunit deux artistes : Bernard Dreyfuss né en 1941 à Clermont Ferrand et Claude Pougny né en 1945 à Saint-Amand-Montrond.Le point de départ de leur inspiration : le bol, objet du quotidien qui les amène à explorer le monde de la représentation sous toutes ses formes, de l’abstraction à la figuration. Cependant, l’approche d’Objectal vis à vis d’une restructuration des mythes anciens garde une dimension critique : les modèles du passé sont retracés à partir d’un recul ironique qui détermine une rupture avec la morale dominante d’une époque. On peut alors établir un schéma essentiel de leur processus esthétique : passé mythique/versus/présent démythifié.                                   

Albert Broussaud - 1983



Tout ici se prête au jeu sur les mots : sentences, maximes, proverbes… “A deux c’est mieux”, “Parcours singulier pour un duo”, “Il y a plus d’esprit dans deux têtes que dans une” … Et plus d’habileté, de virtuosité, voire de style, à quatre mains ? Vertus réelles ou supposées du duo, immédiatement contredites par la sagesse populaire : “mieux vaut être seul que mal accompagné” etc, Bernard Dreyfuss et Claude Pougny se sont rencontrés à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1965 et depuis 1978, ils ne se quittent (artistiquement parlant) plus. Douze années d’approches, d’expositions sur le même thème, d’observations mutuelles sont toutefois nécessaires et suffisantes pour réaliser leur première oeuvre commune en 1978 : Amoco Cadiz, Mont Saint-Michel, marée noire. Apprendre à peindre à deux comme si l’on peignait en solitaire nécessite un apprentissage, un sens du partage, de l’écoute, une liberté complémentaire de l’oeil et de la main, “pour tricoter ensemble”.“Derrière la diversité incohérente des images et des signes des bols, le Groupe a tenté de dresser un inventaire d’usages et de coutumes, qui au premier abord innocent et gratuit, était ramené à un système signifiant de la vie sociale objectivée dans les institutions. Cette articulation Mythique-Iconographique leur a permis de dégager, à partir d’une réflexion sauvage, la possibilité d’un travail pictural situé entre l’exercice de la pensée logique et un champ possible esthétique”.


Extrait de l’introduction à l’exposition “Bicephale Painting”

Villa Tamaris – La Seyne sur Mer – 2011Robert Bonaccorsi.